Catégories
Grand vin

Le siècle de Dieu – Catherine Hermary-Vieille

Sous le règne d’un Roi autoritaire et tyrannique qui laissera la France vide de ses substances, en plein chaos, l’on se laisse porter par la vie tumultueuse d’Anne Sophie et Viviane, deux femmes aux antipodes l’une de l’autre, la première fréquentant la Cour et ses fastes, l’autre se trouvant confrontée à la misère et la privation.

Pendant que ces deux femmes vivent, chacune dans un monde différent, l’une couverte d’or, l’autre de charité et de dénuement, Louis XIV s’acharne à toutes sortes de manœuvres, de l’abolition de l’Edit de Nantes à la disparition du courant janséniste. Le Roi vieillit mal, fait montre d’orgueil et de mégalomanie, soucieux de sa gloire et de son rôle de Roi avant tout.Le siècle de Dieu

L’auteur dépeint ici le portrait d’une famille déchirée puis reconstruite sous le joug de la désolation, celle d’une époque qui bascule déjà vers la Révolution…

Que dire de la plume de l’auteur sinon qu’elle est raffinée, élégante et d’une grande richesse. L’on sent d’emblée sa passion pour l’Histoire traduite ici dans un récit coloré, celui d’une époque où l’or et l’indigence se sont heurtés de plein fouet.

Un récit historique sans être didactique car l’auteur y intègre des personnages imaginaires pour nourrir celui-ci de rebondissements et de suspens.

Le récit se veut intéressant de prime abord dans l’évocation de faits historiques réels mais aussi passionnant par l’intervention de personnages fictifs, donnant à l’œuvre toute sa dimension.

Une promenade sous les arcanes d’un siècle livré à toutes les outrances…

Magistral.

Le siècle de Dieu de Catherine Hermary-Vieille, éditions Albin Michel

Catégories
Grand vin

Merveilleuses – Catherine Hermary-Vieille

Après avoir connu la Terreur, Rose de Beauharnais et Thérésia Cabarrus vivent une époque où la jouissance et la liberté sont à l’ordre du jour. Thérésia, qui collectionne les amants et lance les modes les plus provocantes, présente à Rose un petit général corse du nom de Bonaparte. Mais à son retour d’Égypte, celui-ci s’empare du pouvoir et exige de son épouse un sacrifice …

Catherine Hermary-Vieille nous emmène avec une plume enjouée et rythmée dans ce Paris qui se lâche … Dans ce tumulte libertaire elle nous entraîne aux côtés de femmes qui savourent de nouveaux bonheurs allant de la coquetterie à outrance frisant même le ridicule en passant par le libertinage, les salons où l’on se pâme, séduit pour se faire une collection d’amants, hommes que l’on mène à la baguette sans vergogne.Merveilleuses

Dans ces salons de volupté, l’auteur nous fait passer des moments d’exception. Ses mots dansent et virevoltent pour donner au récit tant de véracité qu’on s’y croirait de peu.
Elle retrace avec talent la vie de ces femmes en quête de liberté, prêtes à tout jusqu’à perdre leur âme …

Je salue l’auteur mais aussi l’historienne qui nous fait revivre à travers plus de 400 pages cette époque qui ne fut que de courte durée … quelques enjambées entre la fin de la Terreur et la fin du Directoire …

Merveilleuses de Catherine Hermary-Vieille, Éditions Albin Michel

Catégories
vin de table

Le Gardien du Phare – Catherine Hermary-Vieille

Trois femmes échouées sur une île sauvage dont un monstre de pierres grises barre tous les accès. Un gardien de phare fantôme dont elles ignorent s’il existe vraiment … Pourtant, elles guettent, épient et redoutent sa présence …
Pour quelle obscure raison le destin les a-t-il jetées sur ce bout de terre inaccessible ?

*****

J’ai aimé le parfum d’eau salée qu’exhale ce roman. L’auteur nous transporte vers un paysage désolé, nous pousse vers des falaises léchées par la mer et le vent. Les paysages sont décrits avec beaucoup d’émotion.  L’auteur fouille l’âme humaine dans tous ses tréfonds. On sent dans celle de ces trois femmes, très différentes, l’espoir de s’en sortir paradoxalement avec l’espoir d’une vie différente, une vie qu’elles méprisent. J’ai aimé ce désespoir qui guette à chaque page, ces portraits de femmes résignées ou battantes, qui veulent se sortir de ce que l’île peut leur offrir ou qui acceptent sans dire mot, mais aspirent à changer de vie, loin de cette thébaïde obligée. On se laisse porter par l’ambiance de l’île, les joues fouettées par le vent, on découvre le monde des marins, des pêcheurs, un cadre pas toujours enchanteur…

Toutefois,  ce roman peut laisser une impression d’inachevé. La fin est un peu floue et de nombreuses questions restent sans réponses. Que s’est-il passé réellement ? Je dirais que c’est avant tout un roman d’atmosphère où tout est suggestif, envoûtant et, après tout, même si on a du mal à trouver la clef de l’énigme, est-ce vraiment  important ?

« Le Gardien du Phare » (Catherine Hermary-Vieille) – Poche décembre 2009