Catégories
Premier Grand Cru Classé

La passion selon Juette – Clara D- Monod

Clara Dupont-Monod a su trouver des mots élégants pour écrire la vie fictive de Juette, femme séditieuse née en 1158 à Huy, petite ville de l’actuelle Belgique.

Juette est victime d’un mariage de raison. Son mari, homme brutal et fruste, décède quelques années plus tard. Commence alors pour la jeune veuve une longue période de réflexion. Juette remet en cause la position de la femme, de l’homme, et de l’église, à une époque où les dogmes sont omniprésents. Elle s’interroge et progresse constamment sur le chemin de la raison, en dépit des avertissements du clergé.

Cette histoire passionnante est portée par une écriture particulière, sobre et élégante, où les mots superflus sont absents. C’est un véritable régal pour l’esprit. On peut toutefois regretter une chose : quand le confident de Juette, le prêtre Hugges de Floreffe, s’exprime, le style est exactement le même que celui de Juette.Une écriture à quatre mains eût donné une touche encore plus convaincante.

Quelques extraits :

« J’étais sûr de l’avoir oubliée. Comment font les souvenirs pour ne jamais mourir tout à fait ? »

« Elle dit souvent : « j’ai peur de devenir folle. » Je la rassure, chacun dissimule un autre visage, sombre et compliqué. Ce genre de choses. Je lui mens.  Je pense qu’elle est déjà un peu folle. Mais fût-ce au prix d’un mensonge, vouloir protéger quelqu’un est d’abord un acte de charité. »

« Ce qu’ils ne savent pas, c’est que Juette n’a plus peur. La folie est une paix comme une autre. »

« La maternité, c’est l’addition d’un homme et d’une rivière de sang. Je suis sûre que la Vierge comprend cela. Elle n’a pas connu l’aberration du corps qui gonfle, Le corps envahi de l’intérieur. »

La passion selon Juette – Clara Dupont-Monod. Editions Grasset – Le livre de Poche

3 réponses sur « La passion selon Juette – Clara D- Monod »

Tiens, c’est drôle.
Le petit groupe de lecture auquel j’appartiens a dans l’ensemble été également subjugué par ce livre. Au point de l’ériger en coup de coeur, comme ici en grand cru 🙂
Tandis que moi, je me suis simplement ennuyée en le lisant. Je ne dirais pas que j’ai détesté, mais plutôt qu’il m’a laissée indifférente.
Je suis complètement passée à côté !

Oui c’est certain, on peut le trouver mortellement ennuyeux.
Je comprends tout à fait cette réaction.
C’est un roman fort introspectif, une réflexion légère sur la chrétienté et les rapports entre hommes et femmes, dans cette enclave du monde.
C’est surtout le style qui m’a plu, en fait.

Belle langue, belle idée avec cette histoire racontée du point de vue de Juette et de celui du prêtre mais je ne suis pas rentrée dans le livre. Juette ne m’a pas attachée, le personnage n’a pas convaincu…Elle est féministe avant l’age, contre la dureté des hommes et l’intransigeance de l’église, mais son comportement est calqué sur eux…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.