Catégories
Cru bourgeois

Les âmes grises – Philippe Claudel

Le Nord-est de la France, un petit village à proximité du front où se massacrent les belligérants de la première guerre mondiale.
C’est par une « affaire » d’infanticide qu’on entre dans ce roman : on retrouve le cadavre d’une fillette en bordure du fleuve. Ce meurtre est donc la pierre angulaire du récit où, sous la forme d’une enquête plus introspective que professionnelle, le narrateur semble finalement partir à la reconquête de sa propre paix intérieure. A travers ses cahiers intimes, il va balayer en cercles plus ou moins concentriques, les événements, les mœurs et les relations qui unissent ou séparent les habitants du village : le procureur, le juge, l’institutrice, les villageois… En découle une peinture bien léchée de la société, des préjugés de classe, des comportements, des lâchetés des uns et des autres. Le tout dans les nuances déclinées d’un gris passant du plus clair au plus obscur.
Le premier tiers du roman suscite l’enthousiasme : Philippe Claudel possède un style riche, installe un décor, maitrise des personnages bien « croqués » et diffuse des ambiances auxquelles on ne peut qu’adhérer.
Mais, alors qu’on se laissait porter par un rythme bien orchestré, l’auteur rompt le charme et s’évade dans des digressions et des flash-back, au risque de laisser le lecteur en bord de route. Les bras ballants, il se retrouve perdu dans les méandres du monologue d’un narrateur perclus de doutes, de culpabilité, de désespoir, et au bout du compte, égaré lui aussi dans les brouillards de sa propre existence. Dommage. De la même façon, si l’on considère que les –images-, les allégories, les périphrases, les métaphores et autres formes rhétoriques participent à la beauté du style, ici, malheureusement, la surabondance aboutit rapidement à l’indigestion.
En résumé, allégé de ses longues errances déroutantes et d’un trop plein « d’exercices de style », ce roman aurait été un véritable trésor. Malheureusement, c’est seulement si le lecteur peut dépasser la torpeur qui le saisit à mi-parcours, qu’il découvrira un ensemble qui fait, malgré tout, un très bon roman.
J’ai donc bien aimé, mais…

Les âmes grises – Philippe Claudel– Editions Stock – le livre de poche

4 réponses sur « Les âmes grises – Philippe Claudel »

En ce qui concerne Claudel, j’ai souvent été déçu par des effets de style que je qualifierais de lourds et stériles. Cette particularité de retrouve dans la plupart de ses romans.
Pour moi une phrase doit avoir un sens. C’est comme en cuisine, une sauce doit avoir du goût. Si la phrase ne veut rien dire, elle distrait le lecteur du but.
Dans les âmes grises, les lourdeurs et formulations emphatiques ont eu sur moi un effet dissuasif, et j’ai refermé après quelques dizaines de pages.
Il y a certainement du bon, mais noyé dans du moins bon.
Certainement un roman valable, mais qui mériterait d’être retravaillé et élagué de ses branches mortes.

Sans aucun doute. Mais c’est trop tard…
Vous soulignez parfois dans vos commentaires des écritures trop touffues, trop envahissantes, où, sous les broussailles inutiles faites de lourdeurs et de longueurs, se cache la simplicité, véritable talent d’un auteur. Je pense que c’est le cas pour Ph. Claudel, qui si j’en crois votre critique, aura trouvé son ton, sa voix, la voie, avec -La petite fille de Monsieur Linh ». Je le lis actuellement.

Question d’atmosphère, de thème, de style, peut-être. Et comme toutes les opinions sont ici admissibles et respectacles, c’est un plaisir de les partager.
Amitiés nostalgiques du XVeme…
.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *