Catégories
Cru bourgeois

Mon Chèque – Jean-Claude Carrière

Voilà un ch’ti canon dont on se bourrerait bien la gueule jusqu’au coma éthylique, tellement c’est bon !

« Un producteur de cinéma me doit un chèque. Comment va-t-il s’y prendre pour ne pas me le donner ? »

Tout est résumé dans cette phrase de la quatrième de couverture.

Un scénariste, qui est aussi le narrateur, attend un chèque. Et pendant plus de onze mois, ou deux cents pages, ce pauvre scribouillard doit se battre pour obtenir son dû. Rien ne lui est épargné : les rendez-vous manqués, les rendez-vous pas-manqués mais où il est question de tout sauf du chèque : du prix de l’essence, du climat déglingué, etc…Puis vient un déménagement chaotique, et la chienne de la secrétaire qui se fait écraser, plongeant son indispensable maitresse dans une profonde dépression. Seule solution : le scénariste devra trouver un autre chien…

Cette histoire aurait pu être mortellement ennuyeuse, mais l’auteur a beaucoup de talent et il nous mène par le bout du nez d’une ligne à la suivante. Il a eu la bonne idée de créer des personnages qui jamais ne s’emportent, ce qui les rend attachants et leur donne plus de crédit. Tout est dans la situation, le non-dit, le non-su, le non-entendu, le non-lu, le non-non, le non-peut-être…

C’est crevant de réalisme, bourré d’humour. J’ai bu à la régalade.

Mon Chèque – Jean-Claude Carrière – Éditions Plon

8 réponses sur « Mon Chèque – Jean-Claude Carrière »

J’ai lu moi aussi ce petit livre délicieux.

J’ai bien aimé entre autre les discussions autour du nouveau scénario proposé par Jean-Pierre (est-ce bien son nom?), à partir du theme originel (une femme qui se fait violer et qui déclare son désarroi dans une église au Moyen Age ou quelque chose commeça) on en arrive à tout autre chose (actuel banlieue etc) et finalement le producteur s’approprie le scénario tellement il le demonte et le reconstruit à sa guise.
Ca m’a fait penser quand on écrit une histoire aux réactions : ah mais non ton scénario ne tient pas la route, tu aurais du faire comme ci et comme ça – réactions qui ne manquent pas d’arriver quand on propose un pitch et qu’on le donne à lire. Il y a toujours l’un ou l’autre qui vous le démolit en trente secondes.

Ce livre est criant de vérité est c’est je crois pour ça qu’il touche

Par contre j’ai trouvé un peu gros et monotone certaines ficelles, les réponses de la secrétaire Jacqueline, toujours dans le sens : ah mais vous ne saviez pas, idem pour le comptable : on ne vous l’a pas dit ?
C’est un peu répétitif et lasant parfois
mais vous avez raison, c’est un écrivain qui a du talent et qui a bien mené le fil.
Saviez-vous qu’il a écrit de grandes oeuvres comme le tambour et qu’il a travaillé avec Bunuel et d’autres grands ?

Bravo pour votre site en tout cas, agréable, et des commentaires qui sont indépendants au moins, ce qui n’est pas le cas partout

Tu sais déjà que je ne suis pas d’accord et que pour moi ce livre est ennuyeux et pas drôle : moi je n’ai vu dans ce livre qu’une suite des ficelles que dénonce Christophe dans le commentaire précédent.
Mais pourquoi raconter le livre dans ton message, pourquoi en dévoiler le contenu ???

Oui je sais, je devrais en dire moins sur le livre. sans doute le contenu est-il partiellement dévoilé. Mais il me semblait que l’essentiel n’était pas dans le contenu, contenu qui est convenu d’avance, mais dans le ton et la façon dont les idées sont amenées.

Mais je conçois très bien qu’on puisse ne pas l’aimer. Moi il m’a fait rire (j’avoue que c’est sa principale qualité voire l’unique), mais on peut le trouver ennuyeux.

Quoi qu’il en soit , il est heureux que tout le monde n’ait pas la même opinion et que les divergences puissent être exprimées librement.

…Des avis opposés : tant mieux. C’est ce qui m’incite à aller y regarder de plus près et à lire le bouquin. Envie nettement moins fréquente quand -tout le monde- est d’accord dans un sens ou dans un autre : là, j’ai tendance à me méfier un peu…
Amitié.

Tu sais , c’est comme les films comiques, il y en a qui adorent, d’autres qui trouvent ça …

Moi j’aime bien rire, et le livre de JC Carrière est à mon sens très drôle quand on le prend au second degré. Bien entendu, si l’on cherche quelque vérité philosophique ou une rigueur absolue…

C’est un peu caricatural comme histoire, une situation poussée à l’extrême… mais cette caractéristique participe selon moi à l’effet comique, tout comme les répétitions que Christophe dénonçait, que je trouve moi amusantes.

C’est fait : je l’ai lu. Il arrivait juste après -Le rapport de Brodeck-…Autant dire, les antipodes…

C’est un bouquin très drôle, rafraîchissant et instructif même si l’aventure du jeune scénariste est poussée jusqu’à la caricature. Justement, c’est peut-être la caricature qui le rend aussi drôle.
Oui, en effet, il est aussi construit sur un mode répétitif, ce qui pourrait lasser…mais contrairement à d’autres avis (respectables), il me semble que là encore, c’est la répétition qui ajoute au burlesque et qui par ailleurs, « techniquement parlant », permet de relier les rebondissements sans effet de rupture.
Un bon moment de lecture et de détente, assurèment.

Ah, le rapport de Brodeck…

Beaucoup de choses à dire sur ce roman. Je l’ai lu il y a plus d’un an, et je serais en peine d’en parler, tant il est dense et riche. Il eût fallu donner mes impressions à brûle pourpoint.
Et puis tant de sites parlent déjà de ce livre…

Merci pour cet avis sur mon chèque. L’argent ne fait pas le bonheur, mais j’ai trouvé ce titre quand même réjouissant.

Tout à fait d’accord avec les répétitions, j’y ai vu un côté comique, mais elles peuvent lasser et ennuyer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *