Catégories
Grand vin

Les Chaussures italiennes – Henning Mankell

Henning Mankell est un auteur suédois, spécialisé dans le polar, qui passe une partie de sa vie au Mozambique et a écrit de nombreux textes sur l’Afrique. On se serait attendu pour son dernier titre, « les Chaussures italiennes »,  à une histoire mouvementée et chaleureuse. Oh surprise ! Mankell installe son récit dans un bled perdu, une île à trois nautical miles au large de la Suède. Pas un voisin à des kilomètres. -25 °C. Rien de bien folichon a priori. Je me suis dit:  340 pages sur ce trou perdu, on va s’ennuyer ferme. Le personnage principal, médecin de 66 ans désabusé, vit reclus après avoir commis une erreur médicale. Alors il ressasse.

Chaque matin, le sexagénaire creuse un trou dans la glace et s’y enfouit complètement nu. Drôle de pratique, même pour un Suédois. Et un jour, une vieille amante délaissée débarque, 37 ans après, transie de froid. Décidément, ce peuple est original ! Elle lui remémore une promesse faite quand il avait dix ans et lui demande de la respecter. En passant elle lui révèlera un secret…

les chaussures italiennesNous sommes ici clairement dans le roman nordique, lent et figé comme l’hiver boréal. Mais la froideur n’est qu’apparente. Ce récit est d’une profondeur insondable et les personnages sont attachants. Quand ils écrivent, les gens du Nord vous pondent des chapitres à n’en plus finir sur leur existence paisible, mais c’est riche et aussi chaleureux qu’une soirée à Ibiza, le calme en plus.

Ce conte philosophique est émouvant. En revanche, on pourrait être lassé par le ton un peu monotone et introspectif. Le style à mon avis aurait pu avoir plus de caractère. Il n’échappe pas au côté un rien formaté et scolaire de la traduction, peut-être trop littérale ? J’ai cru deviner les résidus de l’influence germanique sur la langue suédoise, un peu comme cette rigueur et cette géométrie qui se ressentent parfois dans les livres traduits de l’allemand.

Les Chaussures italiennes – Henning Mankell – Le Seuil

18 réponses sur « Les Chaussures italiennes – Henning Mankell »

J’ai aimé cette fable douce empreinte de la tranquilité suédoise et émaillée de descriptions qui créent un « climat »
Vous avez raison de dire que le récit pourrait sembler monotone ou je ne sais plus vos mots. je dirais qu’il se savoure plus qu’il se dévore , il faut le lire par petites doses le soir et s’en imprégner
Mais pour un écrivain de polar il a changé de style à 100% et peu décevoir ses lecteurs fiele
Je viens sur votre site de loin en loin amené par google ,mais j’y vois a chaque passage des ameliorations
de mieux en mieux!bravo

Merci pour vos encouragements

« il se savoure plus qu’il se dévore »

L’expression est juste.

Je l’ai lu en quatre soirées avec des pauses. D’ordinaire, un livre de cette taille, je le termine en deux soirées. Pas vraiment d’intrigue qui pousse à une lecture frénétique, mais une ambiance intimiste, sorte de confidence entre l’auteur et le lecteur.

Pour ma part, j’ai suivi les enquêtes de Kurt Wallender à travers plusieurs romans de Mankell. La première fois, ce fut un hasard (achat pressé, au feeling, dans un relais d’aéroport…). J’ai eu quelques difficultés avec les noms des personnages (évidemment…), mais très rapidement, j’ai accroché. Tellement bien d’ailleurs que d’autres romans ont suivi, sans qu’il soit alors question de hasard… Habituée (un peu lassée aussi) des romans policiers « made in USA », j’ai particulièrement apprécié la « délocalisation » des histoires et le changement de culture, de méthode, d’écriture…
Je découvre ici que cet auteur se renouvelle dans un autre genre. Je prends note pour a prochaine fournée « à lire ».
A bientôt, Noann.
Amitié.

La délocalisation du polar vers la Suède… amusant !

Je te recommande en tout cas ce livre dont le côté humain te séduira.
Amitié jmp

Israël, imbécile, libère le romancier Henning Mankell
Mais près de 480 personnes sont toujours retenues

Pression internationale trop forte ou impression d’être devenue la risée du monde entier, après l’assaut d’une flottille qui n’avait rien de belliqueux, toujours est-il qu’Israël vient de libérer le romancer suédois Henning Mankell, dont on apprenait hier qu’il était présent sur le navire attaqué par les soldats israéliens.

Une situation abrutissante, et bien qu’il s’en sorte, l’auteur de polars n’en oublie pour autant pas les priorités : « Nous sommes inquiets au sujet de nos amis qui sont toujours captifs », explique-t-il au journaliste de Expressen, un tabloïd du pays, dans l’avion qui le ramenait chez lui.

source : http://www.actualitte.com/actualite/19343-flotille-liberer-mankell-israel-solidarite.htm

Yes, very enivrant

But some longueurs et the translation could be meilleure,

donc une étoile perdue parce que ça pourrait être better.

ciao Yv…

aie je suis déjà bourré(e) le jeudi soir. Le week-end s’annonce mal.
J’ai trop LU.

La solitude, le poids des ans, le regard en arrière sur les erreurs de jeunesse, la fuite et le repli sur soi pour ne pas affronter la vie et les erreurs.. et la remise en question .. et la redécouverte de la valeur de la vie.. Je pense qu’on ne ressort pas intact de la lecture de ce livre. Des phrases qui resteront gravées. Une nature en adéquation avec la solitude.. J’ai trouvé magnifique.

Nettement moins noir que « Profondeurs » le roman tourne à nouveau sur les thèmes de l’amour, la solitude, la trahison…

et pour en savoir nettement plus sur la raison qui a poussé cet auteur, qui vit un pied en Suède et l’autre en Afrique, a se lancer dans la rédaction de romans policiers, un pedf que je trouve révélateur : http://www.pierre-grimaud.com/Mankell/Mankell.pdf

En fait, nos avis sont vraiment convergents… Sauf que j’ai davantage mis l’accent sur le style, donc le négatif, sur lequel je suis resté bloquée. Je n’ai pas su passer au-dessus de ces défauts comme je l’aurais dû, passant à côté d’une histoire plutôt intéressante.
Ce billet me donne au moins l’envie de lire d’autres romans « nordiques » pour me faire une idée plus précise de cette littérature.

Bonsoir Minou

Tu es parles fort bien. Moi les défauts ne m’ont pas arrêté, mais je comprends tes points d’achoppement

Mankell est touours excellent pour décrire les sentiments et les cassures de la vie. Un livre qui m’a fait froid dans le dos est « Profondeurs ».. sur la noirceur des êtres et le naufrage vers la solitude!

Une histoire qui ne ma pas laisser de glace, ce médecin, principal acteur de ce roman très agréable à lire, avec à l’intérieur tout ce que j’en attendais“ des émotions fortes“

[lien et pseudos supprimés par l’admin]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *