Catégories
Cru bourgeois

Pourquoi lire ? – Charles Dantzig

Charles Dantzig nous parle avec force et émotion de ce qu’il aime par dessus tout, la lecture, les lectures, sous toutes leurs formes, de petites réflexions philosophiques au sujet de ce petit monde (ou d’autres choses plus ou moins liées… bref).

Un auteur facétieux, observateur, sarcastique, qui nous raconte ce qu’il a observé une vie durant par le télescope de Dantzig, en orbite autour des mots.

J’ai découvert ce livre par hasard. Le titre d’abord m’a attiré. Je l’ai ouvert à une page quelconque. Je suis tombé sur un chapitre intitulé : « Lire pour se masturber » (authentique). Étant donné que ces deux sujets m’intéressent, j’ai acheté. Notez bien que le fait de s’intéresser à une chose ne veut pas dire qu’on la pratique. C’est comme les catholiques, il y a des pratiquants, des non-pratiquants, et des curés qui pratiquent autre chose sur le côté. Mais c’est une autre histoire…

Charles Dantzig nous parle avec force et émotion de ce qu’il aime par dessus tout, la lecture, les lectures, sous toutes leurs formes. De petites réflexions philosophiques au sujet de ce petit monde (ou d’autres choses plus ou moins liées… bref),

Un auteur facétieux, qui analyse la société par le collimateur du livre. Avec quelques sarcasmes, il nous raconte ce qu’il a observé une vie durant grâce au télescope de Dantzig, en orbite autour des mots. Tout à tour amusant et sérieux, passant d’un état à l’autre en deux mots. Il m’a paru un rien professoral par instants. Parfois, j’ai eu l’impression d’assister au cours de littérature d’un vieux prof qui ne regarde plus que son tableau. Espérons qu’il ne perde pas la moitié de ses étudiants en cours de route…

Une lecture réussie, c’est aussi rare, aussi bon, laissant un souvenir aussi charmé qu’un acte sexuel. Le lecteur couche avec sa lecture.

Quand on est écrivain et écrivant, un livre lu débloque parfois celui qu’on est en train d’écrire.

Nous sommes fiers, nous avons lu. Je connais quelqu’un dont la plus grande injure est : « il n’a pas ouvert un livre de sa vie ». Et ma foi.

Dans la première émission de téléréalité du monde, le « Loft », où l’on pouvait tout voir, du manger au baiser, un seul acte était interdit : la lecture.

Ça n’est pas rien de savoir, chez Duras.Ou de croire savoir. On dirait une enfant de 10 ans qui n’arrête pas de dire « je sais », précisément parce qu’elle ne sait pas.

Pourquoi lire ? – Charles Dantzig. Éditions Grasset

4 réponses sur « Pourquoi lire ? – Charles Dantzig »

Je suis en train de le lire.
C’est vrai que son style est parfois un peu (trop) péremptoire , mais je n’ai pas l’impression d’assister au cours d’un vieux prof (d’ailleurs il n’a pas même pas 50 ans l’auteur) pour autant.

Oui « péremptoire » est un mot qui convient assez bien. Je l’avais sur le bout de la plume, mais j’ai préféré « professoral », à la place.
Dire que c’est un vieux prof qui regarde son tableau, c’est une façon de présenter les choses. Il est des écrivains qui suscitent le dialogue, même si nous ne pouvons pas répondre, nous réagissons en pensée. Dantzig lui parle de façon univoque, sans laisser le bénéfice du doute. Il affirme souvent, ce qui ne nous laisse pas le choix de ne pas être d’accord.
Beaucoup de bonnes idées, mais le summum eût été de laisser au lecteur sa liberté de penser, ou d’éveiller en lui une envie de répondre. Ce n’est pas toujours le cas.
Néanmoins, un livre qui m’a beaucoup plu.

Merci pour votre avis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *