Catégories
Grand vin

Naissance d’un pont – Maylis de Kerangal

Un chantier titanesque dans une ville imaginaire californienne, Coca : la construction du plus grand pont du monde, suspendu entre une ville luxuriante et une forêt où survivent encore de paisibles tribus indiennes.

Et le ton est donné …

Voici un sujet difficile qui pourrait d’emblée décourager le lecteur. Et pourtant on est emporté, transcendé par l’atmosphère de ce chantier où se côtoient une dizaine de personnes toutes émouvantes.

Un chantier titanesque dans une ville imaginaire californienne, Coca : la construction du plus grand pont du monde, suspendu entre une ville luxuriante et une forêt où survivent encore de paisibles tribus indiennes.

Et le ton est donné …

Voici un sujet difficile qui pourrait d’emblée décourager le lecteur. Et pourtant on est emporté, transcendé par l’atmosphère de ce chantier où se côtoient une dizaine de personnes toutes émouvantes.

Naissance d'un pontAinsi l’auteur met en scène ces personnages clés : Diderot, le conducteur de travaux, taciturne, mercenaire du béton, Sanche, le jeune grutier immigré, Summer la femme ingénieur et Katherine, l’ouvrière émouvante …

Le récit est imprégné du suspense, d’amour aussi …

Mais la force du récit naît dans l’écriture, pantelante, voire ponctuée, au puissant pouvoir évocateur qui ne laisse jamais l’imaginaire en reste.

Un chassé-croisé de paysages et de machines, de rêves qui s’émoussent, toutes classes sociales confondues.

Le style est grandiose, précis, puissant. Au fil du récit, on se laisse porter par cette épopée humaniste à travers la magie des mots, sur fond de poésie, et l’on glisse doucement vers la fin de l’histoire, regrettant amèrement de devoir refermer ce brillant opus …

Éblouissant …

« À l’aube du second jour, quand soudain les buildings de Coca montent, perpendiculaires à la surface du fleuve, c’est un autre homme qui sort des bois, c’est un homme hors de lui, c’est un meurtrier en puissance. Le soleil se lève, il ricoche contre les façades de verre et d’acier, irise les nappes d’hydrocarbures moirées arc-en-ciel qui auréolent les eaux, et les plaques de métal taillées en triangle qui festonnent le bordé de la pirogue, rutilant dans la lumière, dessinent une mâchoire ouverte. »

Naissance d’un pont – Maylis de Kerangal, éditions Verticales.

7 réponses sur « Naissance d’un pont – Maylis de Kerangal »

Très beau commentaire de ce livre original. Il est vraiment drôle que nous ayons les mêmes lectures quasiment en même temps et des commentaires sur le fond assez proches. Bonne continuation.
PS : ne ratez pas le documentaire sur Romain Gary jeudi 2 à 22h50 sur France2.

C’est surtout dans la presse et part des journalistes littéraires que j’ai entendu du bien de ce livre. Il ne me tentait pas au départ, mais cet argument du style revient sans cesse et ça aiguise ma curiosité.

En effet je l’ai vu chez mon libraire et j’ai lu quelques pages.
Le style ne laisse pas indifférent… mouvementé, chaotique…

Merci pour cet avis Ys… un avis sur ce livre bientôt ?

Merci Elisabeth et Mylène de votre enthousiasme au sujet de mon commentaire. Le livre vaut le détour assurément. J’en ai parlé avec le coeur, comme je le fais toujours lorsqu’un livre m’émeut.

je ne l’ai pas trouvé si facile que tu sembles le dire dans ta chronique (« on glisse doucement vers la fin… »), mais je reconnaît que ce livre est très bien écrit 🙂
dans tous cas, on sent dans ta chronique que tu as été charmé 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *