Catégories
Cru bourgeois

La ballade de Lila K – Blandine Le Callet

« Ils » l’ont prise en charge et ont dû lui enseigner de nouveau à marcher, à parler et à manger … Lila K se retrouve dans un centre … Un hôpital psychiatrique ? Un pensionnat ? Pire, une prison …
Voici donc le récit de son arrivée au Centre jusqu’à ses premières années en société.
Mais Lila n’est pas comme les autres … Surdouée, presqu’autiste, asociale, elle s’angoisse pour un rien et se met à redouter l’extérieur, les autres … Son cœur porte les stigmates d’une enfance passée aux côtés d’une mère droguée et prostituée.

« Ils » l’ont prise en charge et ont dû lui enseigner de nouveau à marcher, à parler et à manger … Lila K se retrouve dans un centre … Un hôpital psychiatrique? Un pensionnat? Pire, une prison …
Voici donc le récit de son arrivée au Centre jusqu’à ses premières années en société.

Mais Lila n’est pas comme les autres … Surdouée, presqu’autiste, asociale, elle s’angoisse pour un rien et se met à redouter l’extérieur, les autres … Son cœur porte les stigmates d’une enfance passée aux côtés d’une mère droguée et prostituée.

La ballade de Lila KPourquoi Lila a-t-elle été arrachée à sa mère, qui croire dans ce monde insensé où les livres sont proscrits ?
Lila va barrer d’un trait noir ce que jadis lui a donné d’enfer et de traumatismes et s’acharnera avec force à retrouver malgré tout cette mère qui la faisait souffrir…

Voici un roman étrange aux allures de policier à l’Américaine, qui épate parce qu’il est donné par un auteur français, à la plume subtile, qui use et abuse d’imagination et qui touche le lecteur dans les coins et recoins de son âme.

Mais un roman qui déçoit quelque peu … Autant l’auteur avait donné toute la mesure de son talent avec son recueil de nouvelles « Une pièce montée » autant ici on est un peu perdu dans des méandres futuristes et le personnage de Lila K ne convainc pas …

On a du mal à suivre l’héroïne Lila K car elle évolue dans un univers décalé, qui ne nous correspond pas … L’auteur donne une version de l’avenir castré, voire javellisé, où les individus sont privés de singularité et sont invités à rentrer dans les rangs …

Dommage pour l’auteur d’une pièce montée qui retombe un peu ici … comme un soufflé raté …

La ballade de Lila K – Blandine Le Callet, Editions  Stock

22 réponses sur « La ballade de Lila K – Blandine Le Callet »

J’ai eu tout autant de mal à adhérer au personnage de Lila…
J’ai entendu une interview de Blandine le Callet qui disait avoir fondu deux projets en un: celui d’écrire l’histoire d’un personnage souffrant d’un traumatisme initial et montrant sa résilience et celui d’une histoire futuriste montrant les dérives de notre société. J’ai l’impression qu’en mélangeant ces deux projets, elle n’a pas réussi à tirer son épingle du jeu: son roman ne va pas assez loin ni d’un côté ni de l’autre…

Je trouve que dans un roman il est agréable de sentir que l’auteur sait où il veut aller, que la construction du récit tende vers un objectif +/- tangible.
A contrario mélanger les intentions ne me semble pas une fort bonne idée, ou du moins ce cheminement nécessite du soin, et peut-être une expérience de romancier que B Le callet n’a pas encore…

Je suis d’accord, elle a de la marge pour s’améliorer mais heureusement pas mal de potentiel. Je suis curieuse de savoir dans quelle direction va nous emmener son prochain roman…

Loin de moi l’idée de juger de la valeur littéraire du récit, écrire et donc s’exposer aux critiques reste un acte courageux. Mais « la Ballade de Lila K » a fait définitivement passer Blandine Le Callet du statut d’écrivain prometteur à celui, passez-moi l’expression, de « sale copieuse ». Serais-je donc la seule à considérer qu’elle s’est plus qu’inspirée du personnage de Lisbeth Salander de la trilogie « Millenium » de Stieg Larsson ?

Question difficile, puisqu’il eût fallu connaitre « Millénium ». Sans doute Céleste et Marie n’ont pas lu cette trilogie.
Quoi qu’il en soit, le thème semble en effet peu novateur.
J’avais lu en son temps  » Une pièce montée », qui ne m’avait pas déplu, mais… pas mal pour un premier, je dirais…
Cette balade de Lila K ne m’attire, pas, bien que j’aie lu quelques avis enthousiastes çà et là…

à Marie. Certes le récit ne m’a pas touché parce que je l’ai trouvé confus et ne correspondant pas à la ce que l’auteur a donné auparavant. Bonne fête de Noël.

à Grabiec : sans doute avez-vous raison en parlant de « copie » mais je ne peux m’avancer plus avant n’ayant pas lu la trilogie de Millenium qui du reste ne m’inspirait pas en librairie … Dommage pour l’auteur de La Balade de Lila K qui s’est un peu fourvoyée dans cet univers qui ne lui correspond guère. Bonne fête de Noël.

Ah enfin un avis qui rejoint le mien !!!…je commençait à me demander pourquoi tout le monde avait aimé sauf moi ! Comme toi j’ai trouvé ce roman un peu confus et j’ai trouvé l’auteur beaucoup plus à l’aise dans Une pièce montée .

Je viens de terminer la ballade de Lila K; je suis plutôt déçue car s’il y a de bons moments le côté futuriste/anticipation n’est pas passionnant et souffre de poncifs.
Enchantée par contre de connaître un peu plus ce blog sympa!( via les « trois tomes… »)

Je le croise souvent chez mon (ma) libraire mais vu les avis partagés, je m’abstiens de le prendre.
Merci pour cet avis ‘Charlie’

j’ai beaucoup aimé ce roman et j’ai mis un lien vers votre blog car vous êtes d’un avis différent.
Je ne suis pas une fan de sciences fiction, mais j’ai aimé le monde qu’elle décrit, j’y ai retrouvé les risques de notre société , j’ai essayé de l’expliquer dans mon blog. Pour moi cette écrivain a beaucoup talent.
Amicalement luocine

Oui, assurément l’auteur a du talent – et je ne le nie pas du reste… – Je n’ai simplement pas été émue par ce roman-là, c’est autre chose …

J’ai été émue par le courage de cette petite fille qui veut vivre et qui ne peut plus faire confiance aux adultes pour cela. Cela m’a rappelé , et je suppose à l’auteur aussi, ce jeune garçon que sa mère avait enfermé dans un placard pendant de longues années , il a écrit un livre que je n’ai pas lu mais à chaque fois que je l’ai entendu parler , j’ai été bouleversée , comme lorsque j’ai compris contre quels souvenirs cette petite Lila se battait.
Voilà pour l’émotion
Amicalement
Luocine

Bien au contraire. J’ai du mal à lire des bouquins, mais celui-ci a été un vrai plaisir ! J’ai adoré rentrer dans cette histoire un peu décalée et futuriste. Je pense que l’auteur ne propose pas une vision de notre monde dans le futur, simplement elle voulait en montrer une possibilité. D’autant plus les personnages sont très attachants, quelques touches d’humour disséminées dans un texte écrit avec brio subtilité et une grande sensibilité.
Et cette idée de « mélanger » deux histoire qui à la base n’ont rien à voir l’une avec l’autre, casse les codes des romans de la littérature et de tous les trucs de ce genre que sont inintéressants à mon goût. Un nouveau style, pour un publique en manque de changement certainement… Je le conseille à tous ceux qui ont envie d’autre chose, ou tout simplement de passer un bon moment et d’apprécier la lecture. (Enfin !… )

Nous sommes tout un groupe , ici à avoir « adoré » Lila K… C’est fort , c’est émouvant , c’est juste , c’est triste mais , bonnnn est ce que la « vraie vie » est gaie ????
Le style est clair , c’est intelligent….Un très bon moment ! Je l’ai lu d’une traite alors que j’en avais un autre « sur le gaz ». Merci , merci ….Et , encore !!!

Bonsoir Catherine, merci pour votre réponse détaillée. Me voici replongée dans ce très beau récit, que j’avais chroniqué il y a quelque temps déjà …

Je viens de lire le recueil de nouvelles : « Dix rêves de pierre (janvier 2013) »

Résumé de l’éditeur : Certaines inscriptions funéraires possèdent un singulier pouvoir d’évocation ; leur lecture fait surgir le fantôme de personnes disparues depuis parfois des siècles. Blandine Le Callet réunit dans ce recueil des épitaphes authentiques, à partir desquelles elle imagine les dernières heures, les derniers jours ou les derniers mois du défunt. Elle ressuscite un jeune esclave à qui l’on vient d’offrir sa liberté, un philanthrope piégé dans l’étouffant huis clos d’un bordel parisien, deux êtres unis par un amour hors norme en route vers leur destin, une vieille dame acariâtre rédigeant son testament, et bien d’autres encore… Dix destins arrêtés par des morts douces ou violentes, subites ou prévisibles, solitaires ou collectives. Dix nouvelles tour à tour poétiques, féroces, tendres, dramatiques, nostalgiques ou grinçantes, dépeignant une humanité toujours assaillie par les mêmes passions, les mêmes peurs et les mêmes espoirs. Dix « rêves de pierre » pour conjurer l’oubli.

Mon avis : J’aime bien cette idée. Et bien que je ne sois pas fan des nouvelles, je dois dire que la couverture m’a donné envie de voir ce qu’il y avait derrière ces rêves de pierre. Parmi les 10 récits mes préférences sont allées à trois d’entre elles. J’ai également beaucoup apprécié la post face qu’il faut lire impérativement. On remonte le temps et les images se forment…
Hermès : un esclave va être affranchi. Les dernières heures de sa vie vont lui ouvrir les yeux sur les raisons pour lesquelles son maître a décidé de lui accorder sa liberté. Une belle nouvelle sur une philosophie de vie très positive et sur la façon de protéger ceux qu’on aime. Les petits carnets : une histoire d’héritage…Quistinic : une sépulture disparue…
J’ai mis le commentaire sous le nom de l’auteur car je ne suis pas sûre que le livre en tant que tel mérite une chronique à part entière.. Ne pas hésiter à supprimer si c’est une mauvaise idée..

Et bien mon avis est à contrario de la majorité des vôtres. J’ai lu Millenium, je ne trouve pas qu’il y ait plagiat. Bien sûr il y a des ressemblances, mais cela ne m’a pas frappé. Et dans ce cas, ce serait plus proche de « Globalia » de Jean-Christophe Rufin.
Moi j’ai été touchée par le roman, je me suis passionnée par la recherche identitaire de Lila. J’ai aimé la description des deux mondes parallèles, les humains et les robots, ceux qui pensent et font bien, ce formatage nécessaire pour vivre, la négation de la différence qui fait peur et rend indésirable.. Le coté futuriste ? certes.. Mais aussi la scission de la société.. les bien comme il faut et les autres ( la zone) … Et les efforts à faire pour pouvoir passer « le mur »… la marginalisation… Il y a des pays où le contrôle des naissances existe.. ou il est interdit d’avoir plusieurs enfants.. alors futuriste ? faut voir… Le passage du Mur avec le check-point .. futuriste ? pas sûr! et les personnes qui souhaitent vivre « libres », et pas sous le regard des caméras de surveillance, comme les chats … La dangerosité des livres.. pas futuriste non plus… Le contrôle de la presse, la dissimulation d’infos.. moi j’ai l’impression qu’on est en plein dedans..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.