Catégories
vin de table

Amusez-vous – Annie Lemoine

A bientôt 40 ans, Claire est en train de divorcer et partage la garde de ses deux enfants avec son ex-mari. Écrivain, elle est en panne d’inspiration … et d’ordinateur, et son compte bancaire frôle le rouge. Elle doit user de ruse pour faire patienter son éditeur qui attend son prochain livre, consacré au surréalisme.

Au bout du rouleau, Claire décide de partir seule pour un week-end dans une petite station balnéaire. Une sorte de retraite, une thébaïde pour remettre de l’ordre dans sa vie et ses idées …

amusez-vous

A bientôt 40 ans, Claire est en train de divorcer et partage la garde de ses deux enfants avec son ex-mari. Écrivain, elle est en panne d’inspiration … et d’ordinateur, et son compte bancaire frôle le rouge. Elle doit user de ruse pour faire patienter son éditeur qui attend son prochain livre, consacré au surréalisme.

Au bout du rouleau, Claire décide de partir seule pour un week-end dans une petite station balnéaire. Une sorte de retraite, une thébaïde pour remettre de l’ordre dans sa vie et ses idées …

amusez-vous

Là-bas, son imagination qu’elle croyait éteinte, se remet à bondir. Et cet état d’euphorie littéraire la fait s’embarquer dans une histoire qui ne tarde pas à la dépasser …

L’auteur dresse ici le délicat et touchant portrait d’une femme à la croisée des chemins. En toile de fond de cette balade, des hôtels où tout peut arriver …

Hélas pas grand-chose ne se passe … On tourne les pages en espérant que cette écrivaine en perdition connaisse des situations tantôt cocasses, tantôt dramatiques, seulement voilà … rien de tout cela ne se produit. Le lecteur s’assoupit un peu dans cette nébuleuse et se laisse doucement bercer … jusqu’à la fin du récit, précipitée, un peu bâclée …

Et même si le mot « fin » qui retentit soudain apporte une note sympathique et inattendue, on reste un peu déçu, engourdi par la lenteur du récit …

Le principal attrait de ce roman très court : des lieux croisés plein de charme, des chambres d’hôtel décrites en détail à travers une écriture fluide, simple, sans fard.

Un petit livre à emporter avec soi le temps d’un week-end à la mer, qui laissera des souvenirs de vacance, légers, éphémères …

« Tout avait commencé par des cris. Plus exactement, des pleurs. Le jeune couple qui habitait au-dessous de chez moi était rentré de la maternité avec un bébé en colère.
L’enfant probablement bien nourri mais peut-être souffrant ou, pour une raison mystérieuse, mécontent d’être au monde n’accordait aucun répit à ses géniteurs.
Jour et nuit, il hurlait. Les rares moments de pause me laissaient à peine le temps de me rendormir que déjà le petit d’homme, comme rechargé par ce micro-sommeil, repartait de plus belle. »

Amusez-vous – Annie Lemoine. Éditions Flammarion

11 réponses sur « Amusez-vous – Annie Lemoine »

Bonjour monsieur l’ivrogne,

Dites-moi mon bel enfant, « thébaïde », ce serait pas plutôt une théière à pinard ?

Il est pas mal votre blog, il y a du travail et des critiques pas vraiment acérées mais qui méritent le détour.

Vous espérez vous faire remarquer par Annie Lemoine ?
J’en connais personnellement quelques’un(e)s des grosniqueurs de Ruquier …. je peux vous dire que ce sont des personnes qui forment un groupe très fermé et très égoïste. Mais vous le saviez certainement déjà. Sans cette appartenance à cette tribu, personne n’aurait jamais entendu parler d’A. L.

La chienne de garde m’a refusé une nouvelle, elles n’en n’ont lu que la moitié ….

Mais bon, ça commence à dater.

Allez, bonne année et la santé, y’a qu’ça d’vrai !

Bonjour Yfig, et merci pour cet avis qui ne manque pas de caractère

Thébaïde est un mot cher à Céleste. Je ne m’étais pas soucié de sa signification exacte. Je file vois dans le dico.

Je sais, les critiques sont de moins en moins acérées, mais on n’a plus envie de recevoir trop de mails d’insultes, et je me dis aussi que je peux passer parfois à côté de certaines qualités, ou être à-côté de la plaque. Personne n’est parfait. Humilité donc.

Pour ce qui est de se faire remarquer de A.L., en effet, son producteur ou attaché de presse nous a d’ailleurs gentiment contactés. Je le remercie et espère pouvoir garder le contact. Peut-être aura-t-il de bonnes lectures à proposer, dont nous serions heureux de parler.

J’ai en effet ouï dire que certaines personnes devaient leur notoriété… à leur notoriété ! C-à-d que, lorsque l’on a un nom, et une appartenance à une tribu bien cotée, les portes des éditeurs sont de facto grandes ouvertes ! Mais la faute aussi au lecteur lambda qui achète un nom et pas une œuvre, qui choisit ses lectures davantage en fonction des noms et prix obtenus, que du résumé.

Monde ingrat !

Un très beau site que le vôtre, j’en rappelle l’adresse :

http://yfig-en-chansons.hautetfort.com/

Autrefois, vous aviez une très belle galerie de peinture virtuelle. Où est-elle passée ?

Bonne année, santé.. et à bientôt !

Hello l’alcoolique,

J’ai arrêté de boire il y a déjà belle lurette ….. je n’ai rien bu depuis …..
M’en souviens plus ! Hier, peut-être ?

Merci pour l’échange.

Si le public aime les ringards, on va lui servir du ringard ….. tiens, c’est comme en peinture ….. quand je vois les sommes folles que dépensent certains galeristes pour faire de la pub à des rupins, j’me dis qu’là aussi y’a pas de conscience …. mais il s’agit peut-être de lessiveuses … va savoir ! ?

Mon site en couleurs : http://artscad.com/@/Yfig
Je n’ai rien peint depuis …… depuis que j’ai arrêté de boire, peut-être ???

Maintenant, j’écris des chansons. (voir le lien sur mon pseudo)
Ca ne rapporte rien non plus, mais au moins ça met de l’ambiance.

C’est quoi votre ambition ?
Ecrire et être publier ?
Devenir une référence en matière de critique (faudra être plus critique) ?
Partager des émotions ?
Oui, je sais, il y a un début de réponse dans la présentation (le Yves en question, ce n’est pas moi, je le précise pour les 500 lecteurs / jour qui passent ici sans laisser de traces).

Bon, c’est pas tout ça, mais il fait nuit, il faut que j’allume les bougies et que je mette le rôti au four ….

a benn awalc’h

au fait !
thébaïde [tebaid] n. f.

• 1674; lat. Thebais, contrée voisine de Thèbes (Égypte), dans laquelle vécurent beaucoup de pieux solitaires

¨ Littér. Lieu isolé et sauvage, endroit retiré et paisible où l’on mène une vie austère, calme, solitaire. Þ 2. désert, 1. retraite, solitude. « elle était la première à violer le secret de cette thébaïde » (Le Clézio).

Bon alors, cher Yfig (qui fait partie d’une certaine clique d’un certain forum dont je tairai le nom …) être dans une thébaïde cela veut dire être en retraite, avoir besoin de solitude pour se ressourcer par exemple, avoir besoin de retrouver une paix intérieure et se mettre un peu en recul du monde … Je ne vois vraiment pas ce qu’une théière à pinard à avoir avec cela … à moins que certaines personnes profitent de leur thébaïde pour se tourner vers la dive bouteille …
Pour revenir à la note que j’ai déposée au sujet du livre d’Annie Lemoine, il s’agit de mon ressenti personnel, rien d’autre, et qu’elle soit connue ou pas m’est égal. Je n’ai pas pour habitude d’encenser les auteurs, parce qu’ils ont un nom ou parce qu’ils apparaissent à la télévision, qu’ils font partie d’une émission de Trucmuche … Je dépose des commentaires ici en âme et conscience, dictés de mon coeur à ma plume. Si j’ai vexé l’auteur, j’en suis désolée … Ite missa est.

J’ai retrouvé un truc dans la poubelle… (Yfig ne mettez pas trop de gros mots sinon le logiciel de protection envoie le tout aux ordures)

Deus polygame

A genou dénudée

Dans le froid corridor

La novice épousée

Abandonne son corps

Par un soir noir blafard

Au supérieur paillard

C’est pour servir son dieu

Qu’elle accorde ses charmes

Chaque soir en ces lieux

Aux moines lubriques des carmes

Quand il n’a que treize ans

Un enfant croit les grands

Pendant qu’on la pénètre tout au fond de sa tête

Pour oublier un peu la douleur qui la fouette

Elle chante les louanges de dieu et de ses anges

Elle s’agrippe à sa foi aux ailes des archanges

Pour ne pas déranger le besogneux bonhomme

Elle récite des psaumes dans le creux de sa paume

Tous ces hommes de dieu

Dont elle reçoit le pieu

Sont les représentants

De son nouveau mari

Qui lui-même est l’enfant

De la vierge Marie

C’est ce que lui a dit

Le père Jaculateur

Tout au fond de son lit

Pour qu’elle n’ait plus peur

En lui suçant sa fleur

Et pinçant l’aréole

De petite créole

Deus est polygame du pieu couvant des carmes

Il missionne ses légats ambassadeurs de charmes

Pour le représenter dans ses apostolats

Propagateurs de foi palatins et prélats

Prêcheurs officiels auprès de ses pucelles

Chargés du délicat rodage de jouvencelles

Tous ces hommes de dieu

Dont elle reçoit le pieu

Sont les représentants

De son nouveau mari

Qui lui-même est l’enfant

De la vierge Marie

Pour remercier les anges

Et les divins archanges

De tant de charité

Mise à la besogner

Elle récite des psaumes

Dans le creux de sa paume

Au fond elle le sent bien tout ça c’est pour son bien

Quand le vieux éjacule dans le trou de son cul

Elle a la certitude que le bondieu l’en-cule

Pour mieux la persuader qu’elle lui appartient

Que le meilleur vecteur de la foi véritable

C’est le sperme bien chaud des gros vits charitables

Pour remercier les anges

Et les divins archanges

De tant de charité

Mise à la besogner

Elle récite des psaumes

Dans le creux de sa paume

At seculum seculorum in gloriam eternam et scrotum des prêtres pédophiles

http://artscad.com/@/Yfig

à Yfig
Bonne année à vous
J’ai eu une journée de travail assez pénible aujourd’hui et lorsque j’ai vu votre réponse, j’ai réagi de manière démesurée … Bon, je retourne dans ma thébaïde …

Hello Céleste,

Moi, j’ai eu une journée cool, mais je suis plutôt du genre Lucky Luke !

Je ne sais pas à quel forum vous faisiez allusion, mais s’il s’agit de celui de France 2, j’en ai été viré il y a de cela 4 ou 5 ans (si ce n’est plus) et je ne le regrette pas.

J’ai pris un pseudo hier pour voir si les choses avaient changées, mais c’est comme avant, les modérateurs s’évertuent à éteindre toutes vélléités d’intelligence.

Noz vad

http://artscad.com/@/Yfig

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.