Catégories
Grand vin

Un jardin sur le ventre – Fabienne Berthaud

Une mort, celle de l’épouse usée, d’un despote. Les enfants arrivent à la hâte pour lui rendre hommage pour son dernier voyage. Ils ont perdu cette mère courage mais aussi tout espoir de rapprochement avec le père arrogant, violent, cruel. L’une des filles (la narratrice) tente de reconstituer le puzzle de la vie atroce, du calvaire, de cette mère adorée, brimée, enfant par sa propre mère.

Un récit autobiographique qui exhale un parfum amer, à travers une écriture précise, limpide. L’auteur donne la parole à sa mère, la ressuscite, et ce sont des mots d’une grande intensité, des mots forts, sincères, sans artifice.

couverture un jardin sur le ventre

Une mort, celle de l’épouse usée, d’un despote. Les enfants arrivent à la hâte pour lui rendre hommage pour son dernier voyage. Ils ont perdu cette mère courage mais aussi tout espoir de rapprochement avec le père arrogant, violent, cruel. L’une des filles (la narratrice) tente de reconstituer le puzzle de la vie atroce, du calvaire, de cette mère adorée, brimée, enfant par sa propre mère.

Un récit autobiographique qui exhale un parfum amer, à travers une écriture précise, limpide. L’auteur donne la parole à sa mère, la ressuscite,  et ce sont des mots d’une grande intensité, des mots forts, sincères, sans artifice.couverture un jardin sur le ventre

L’histoire d’une vie détruite, de l’amour qui s’effrite, s’émousse puis disparaît, d’un homme abject devenu veuf à la place de l’autre, partie trop tôt, partie de trop, celui-là même qui ne supporte pas le vide engendré par le deuil.

Aussi d’incompris qui se débattent dans leur souffrance mais se taisent, de regrets qui restent à jamais suspendus à l’âme, de départs, de retours, de vie, de mort … avec, en toile de fond, un bruissement d’ailes, le bruit de la rue, le clocher qui sonne le glas …

Des bouts de vie que chacun connaît livrés ici en toute simplicité, avec beaucoup de pudeur. Il n’y a guère d’intrigue exaltée, seulement des sentiments, des ressentis, des révoltes, des joies et des tristesses que l’on traverse en se laissant porter par le naturel et la fluidité du style. On se prend même à remuer un peu ses propres souvenirs …

On referme le livre secoué d’émois …

Un jardin sur le ventre – Fabienne Berthaud, Editions JBZ & Cie

5 réponses sur « Un jardin sur le ventre – Fabienne Berthaud »

Aaaah enfin quelqu’un qui a le même ressenti que moi ! ça fait plaisir parce que je ne suis pas toujours comprise …
Bonne soirée Clara

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.