Catégories
Grand vin

Les oliviers du Négus – Laurent Gaudé

Un recueil de quatre textes, qui ont en commun l’Italie, les rapports de quelques personnes avec la guerre, la mort, la société…

* Zio Négus est mort. Toute une affaire ! Mais qui était cet homme finissant, méprisé par son village ? Il vivait en ermite dans une abbaye désaffectée et parlait avec fièvre de Frédéric II, empereur du XIIIième siècle. Il le revoyait luttant, reclus dans une église en siège. La porte a tenu bon, disait-il.. Pourquoi tant d’exaltation a propos de ce roi disparu ?

Couverture Les oliviers du Négus

Un recueil de quatre textes, qui ont pour thème l’Italie, les rapports de quelques personnes avec la guerre, la mort, la société…

Zio Négus est mort. Toute une affaire ! Mais qui était cet homme finissant, méprisé par son village ? Il vivait en ermite dans une abbaye désaffectée et parlait avec fièvre de Frédéric II, empereur du XIIIième siècle.  Il le revoyait luttant, reclus dans une église en siège. La porte a tenu bon, disait-il.. Pourquoi tant d’exaltation a propos de ce roi disparu ?Couverture Les oliviers du Négus

Un centurion s’avance vers un bastion aux confins de l’empire romain. D’un coup de poignard, il assassine Caïus, le centurion déchu qui avait gardé le fort pendant trois ans. Mais Caïus tenait sur lui un parchemin qui disait : « celui qui viendra je le reconnaitrai… Ce sera mon fils ». Le centurion bascule. Ce message  lui était destiné. Il prend peur et décide de partir en mission avec quelques hommes.

Le « Golem » est une créature conçue par le terre même, pour se venger de l’homme. En 14-18, la terre, bafouée, torpillée, ramasse ses forces et crée un démon argileux. Les hommes décapitent ce monstre et l’enferment dans des caisses en bois. Mais il renait de ses mottes ! Le texte de Gaudé sonne comme un avertissement aux hommes qui méprisent la nature.

L’assassinat du juge Falcone en 1992, revisité. Il est devenu un symbole public de la lutte contre la mafia, après avoir péri sur une autoroute truffée de 400 kilos d’explosifs ! Ce texte reconstruit les pensées du juge Borsellino, qui se savait condamné. La mort de son homologue était un signe. Il avait raison. Lui aussi explosera, quelques mois plus tard.

Mon avis : Laurent Gaudé, conforme à ses habitudes, dessine des personnages sombres dans un abîme de noirceur, mais dans cette noirceur il y a une infinité de nuances. C’est tragique, dur, impitoyable, mais c’est la vie dans toute son obscure nudité. Ces quatre textes susciteront je pense diverses réactions opposées. Des œuvres complexes, d’une grande portée, habillées par cet auteur qui est décidément un écrivain, une sorte de Hitchcock de la littérature française. On adore ou on déteste, mais c’est toujours aussi singulier, et d’une puissance émotive rare. C’est tout en excès, aussi.

« Nous sommes partis au matin. Le ciel était si bas qu’il n’y avait plus d’heure. Tout était nappé de silence, comme si les dieux avaient décidé de retirer les bruits du monde. Les oiseaux s’étaient tus, les sabots ne faisaient plus aucun son en martelant le sol., pas un souffle de vent ne venait secouer les feuilles des arbres. Il y avait tant d’humidité dans l’air que nos capes et nos fourrures étaient gorgées d’eau. J’ai avancé, d’un pas lent, avec un étrange mélange d’inquiétude et de ravissement : pour la première fois de ma vie, je marchais en dehors de l’Empire. »

Les oliviers du Négus de Laurent Gaudé. Actes sud

30 réponses sur « Les oliviers du Négus – Laurent Gaudé »

Quelle déception de constater que le dernier Gaudé n’était pas un roman …mais des nouvelles !
Vraiment pas fan du genre, mais à la lecture de ta critique et parce que c’est Laurent Gaudé … je le met au dessus de la PAL

Hello Malika
Oui en quelques mots Gaudé nous fait entrer dans son sujet. La longueur n’est pas un problème, et perso je n’appelle pas ces textes des nouvelles.

Je l’ai acheté à l’aéroport, j’ai commencé dans la salle d’attente, j’ai continué dans l’avion (1h de vol) et j’ai fini le soit même chez.
Super, 4 nouvelles fabuleuses. C’est pas gai mais tellement bien écrit. Les personnages sont forts et je ne trouve pas ces nouvelles tristes. Elles montrent des personnages fort, résistants, n’ayant pas peur de leur différence.
Je reste fan de Laurent Gaudé pour longtemps

Je trouve Gaudé génial ; rien de moins. Évidemment, j’ai tout lu… sauf Les oliviers du Négus, pas encore paru dans cette colonie lointaine où j’habite : Québec. Sa sortie est prévue pour la fin septembre !!!! Merde !

Ah la la quelle misère ! D’un autre côté, c’est l’inverse pour les auteurs quebécois, ils nous arrivent en retard, sauf pour ceux qui bénéficient d’un service de presse. Il reste à trouver le Gaudé quebécois. Cela dit, vous avez de bons auteurs aussi.
Merci pour le message.

J’ai une question pour l’auteur, je suis en train d’étudier les mille facettes de Naples, pourquoi, dans son oeuvre, toujours ou presque le Sud de l’Italie? Ses rapports avec ce monde? Et Naples, porte des Enfers, au de-là des banalités, au coeur d’un monde obscur, triste, sans espoir. Mais tout de même une porte. Peut-il me répondre? Merci Maria G. Vitali Volant

Ma foi, je ne sais que répondre à cette question.
Les écrivains aiment bien parler de ce qu’ils aiment et de ce qu’ils connaissent. On ne parle jamais bien que de ce qu’on connait et aime…

La première nouvelle qui donne son nom à l’ouvrage a été ma préférée… Dans un livre on prend en bloc ! Ici avec quatre nouvelles on peut choisir. C’est très agréable. Laurent Gaudé a un style, une marque comme la griffe d’un couturier ! Oui, oui ! Il y en a d’excellents !
Bref j’ai adoré et je n’entends rien d’autre, aucun avis, aucune idée. Je suis étanche à tout ce qui tourne autour…. j’en aime la lecture, l’idée que je m’en fais et je garde le tout comme un « trésor ».

bonsoir à tous & toute
la j’étudie l’actes sud août 2006 de laurent gaudé et je voudrais savoir pour quelle raison l’auteur de cette utilisé 2 polices de caractére?Et je voudrais avoir les critiques de l’oeuvres S.V.P

Bonjour Shayna

Que voulez-vous dire pas polices de caractère ? Je n’ai pas remarqué qu’il y avait deux polices dans ce livres, à part les habituels italiques pour les citations.

Quant aux critiques, Google est votre ami.

Bonsoir a tous & toute
vous pouvez m’aider sur les critique de l’oeuvre de laurent gaudé sur l’actes sud aout 2006 SVP

Bonsoir, j’ai lu à l’automne « sous le soleil des scorta » (dont j’apprends à l’instant qu’il fut couronné par le Goncourt), je finis la 1ère nouvelle « les oliviers du Négus »: quelle beauté, quelle somptuosité! c’est extraordinaire, et pourtant, moi aussi, je n’aime pas spécialement les nouvelles! Remarquable dans la construction, dans le style, le choix et le poids des mots…..magique. Merci Monsieur Gaudé.

tous d abord, pardon pour les fautes d orthographe, mais je ne suis pas allez a l ecole tres longtemps.(merci la litterature) quel plaisir de lire monsieur gaudé.des metaphore absolument fabuleuses,en quelque ligne , tout est dit.quelle genie. j attend toujours avec impatiente sa prochaine publication.merci de nous faire réver encore et toujours.

je vient de finir l ouragan de gaudé . a lire absolument. cette façons de décrire la mort .la vie. et l amour……….il faut vraiment s appeler monsieur gaude pour décrire les choses de la vie

tous, du soleil des scorta en passant par eldorado, le meilleur s’il devait y en avoir un, pour moi c’est la porte des enfers, des frissons à la lecture. Une histoire terrible au destin cruel, mais quel récit!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *