Catégories
Portraits

Patrick Cauvin par Jordi Viusà

Voilà un an déjà.

Un an et c’est pour toujours.

Tu es parti comme ça, sans crier gare, nous laissant orphelins de ton amitié, de ton Amour.

Cauvin par Jordi

Lettre à Patrick Cauvin alias Claude Klotz (6 octobre 1932 – 16 août 2010)

Claude,

Voilà un an déjà.

Un an et c’est pour toujours.

Tu es parti comme ça, sans crier gare, nous laissant orphelins de ton amitié, de ton Amour.

Je ne sais pas si cela va te plaire, mais je publie ce portrait sentimental dans un site qui se nomme Livrogne. Cela te fait sourire ?  Tu dois te dire « je n’en attendais pas moins d’un hindou catalan qui lit l’Humanité tout en ronflant comme toutes les usines de Barcelone! » (cf. Huit Jours en été).

 

Depuis quelques temps tu te promènes dans mes rêves, me taquinant dans les moments les plus inopportuns. Et cela t’amuse! Alors finalement j’ai pris mes pastels et te voilà, en couleurs et sans lunettes…. Je suppose que maintenant tu n’en as plus besoin. Il n’y a pas de flou dans l’infini.

Tu te rends compte : en presque quarante ans d’Amitié je ne t’ai écrit que deux ou trois lettres (dont celle-ci), et c’est le second portrait que je fais de toi. Et de plus j’ai de longues conversations avec toi…  ce qui n’est pas nouveau.

J’arrête ici, car je vais devenir sentimental.

Ce sera pour plus tard. Pour l’instant je garde pour moi les « Je me souviens ». Tu as dit « égoïste? »  Mais non. tout simplement pudique.

J’espère que d’ici peu une nuée d’extra-strong au format a-4 remplis de ton écriture patte-de-mouche va pleuvoir au ciel de l’édition et que tu nous donneras de tes nouvelles.

« Per sempre », comme on dit en catalan.

Jordi Viusà

14 réponses sur « Patrick Cauvin par Jordi Viusà »

Bonjour Monsieur Viusà, nous ne nous connaissons pas, mais nous avions un ami en commun. Non, vous avez raison, je vais dire : nous avons un ami en commun. Merci. Merci pour l’hommage écrit, merci pour la magnifique peinture. J’ai mis votre post en lien sur la page fan de Patrick Cauvin sur facebooK. Très amicalement
brigitte

J’ai beaucoup lu et aimé des livres de Cauvin quand j’étais ado… E=mc2, l’amour aveugle, Huit jours en été.
Contente de le retrouver par la voix et le pinceau d’un de ses amis de longue date.

Ce sont aussi de beaux souvenirs de lecture pour moi, puis j’ai un peu délaissé l’auteur pendant plusieurs années. Je replonge dans son univers grâce à Noann. Et le site habillé par J. Viusà lui donne un côté enchanteur et invite à la rêverie …

Et merci du Danemark. Je n’ai jamais compris pourquoi les éditeurs danois ont tellement hésité de publier des traductions de Claude/Patrick. On a publié deux de ses nombreux livres, j’ai traduit deux qui ont été refusés. Je ne le comprends pas! Un des meilleurs écrivains de nos jours! Il est « trop francais » (pardon pour le « c »…). Que veulent-ils! Il EST francais!! D’où le charme! Merci pour nous faire partager vos sentiments.

Merci, grand Merci pour la mémoire de Claude ! Lisez le , relisez le, c’est un remède à la morosité ambiante…. Amitiés à tous.

C’est plutôt à moi de vous remercier Jordi, pour cet apport à la mémoire de Claude, vos portraits somptueux, ces mots touchants, et l’habillage du site !

B. Meyer… C’est étonnant que cet auteur qui possède tant de charme ne soit pas plus traduit ! Est-ce que son esprit particulier est si difficilement accessible à une traduction et à la mentalité nordique ?

à M. Viusà :
En savourant la lecture de « L’immeuble », je suis tombée sous le charme de vos toiles, tant de leur beauté que du message que vous donnez à travers chacune d’entre elles. Cela me ferait plaisir de visiter un jour une de vos expositions. Et puis mille mercis d’avoir orné le site de Noann de vos dessins magnifiques …
Bonne soirée. Céleste.

Noann: Cela m’étonne aussi! Ce qu’il a fait avec la langue… Et ses personnages… Je ne comprends pas ces éditeurs!

Merci beaucoup, de la part d’un gestionnaire de sites déprimé.
Un peu de baume au cœur…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *