Catégories
vin de table

Enjoy – Solange Bied-Charreton

Charles a 24 ans et s’installe dans son nouvel appartement. Immédiatement il crée un profil sur un réseau virtuel mondial appelé ShowYou, y raconte sa vie de long en large, crée un album photos et se voit obligé d’y déposer une vidéo régulièrement sous peine d’être banni de celui-ci. Peu à peu il va se retrouver esclave de son clavier et de la multitude d’ « amis » qu’il croise sur la toile … Dépassé par sa vie virtuelle il en perd ses repères et s’éloigne de plus en plus de sa vraie vie…

« À peine arrivé chez moi, j’allumais l’ordinateur, je dînais devant, j’y restais jusqu’à tomber de sommeil… »

Charles a 24 ans et s’installe dans son nouvel appartement. Immédiatement il crée un profil sur un réseau virtuel mondial appelé ShowYou, y raconte sa vie de long en large, crée un album photos et se voit obligé d’y déposer une vidéo régulièrement sous peine d’être banni de celui-ci. Peu à peu il va se retrouver esclave de son clavier et de la multitude d’ « amis » qu’il croise sur la toile … Dépassé par sa vie virtuelle il en perd ses repères et s’éloigne de plus en plus de sa vraie vie…

Certes, il fera des rencontres… La chaîne est énorme et grouille d’âmes en peine, avides de se nourrir de la vie des autres, âpres à se gausser des profils d’inconnus qui se lâchent, se mettent à nu, se racontent avec indécence et sans gêne.

Un jour cependant, notre pauvre Charles tombera amoureux, d’Anne-Laure, brillante étudiante à la Sorbonne. Avec elle, il parviendra à regarder enfin par-dessus l’écran qui le cloue à sa chaise. Il s’émouvra de ce retour à la vie, de cette parcelle de fraîcheur et d’émotion. Et il se rendra à l’évidence : oui il y a une autre vie cachée derrière SY…

Un roman autobiographique qui relate les pièges des réseaux sociaux censés réunir la terre entière.
En faisant un tour chez ma libraire, je me suis arrêtée devant une boîte de livres, fraîchement rapportée de Paris mais pas encore dans les présentoirs en Belgique. Ce livre bien qu’habillé d’une couverture sobre, portant un titre anglais, m’a interpellée.  Je l’ai feuilleté puis acheté un peu malgré moi, curieuse, dubitative. En effet, la thématique me rebutait. J’ai tendance à fuir le monde virtuel et les réseaux sociaux, que je trouve un puits de solitude, une arme d’éloignement, et non un univers propice aux échanges et à la rencontre d’êtres qui partagent une passion, un centre d’intérêt, ou une activité.
D’aucuns diront qu’ils y trouveront peut-être une opportunité professionnelle, ou l’âme sœur qui sait…

La thématique choisie par l’auteur fera j’en suis sûr l’unanimité et au fil du récit, j’ai moi-même ai été captivée par le parcours de ce héros moderne en perdition qui s’accroche à une vie de pacotille, celle de ce réseau réducteur. La plume de l’auteur est ma foi  « tendance », mais donne quelques soubresauts d’émotion lorsque notre héros retrouve sa fraîcheur, son enthousiasme et se regarde dans un autre miroir que celui de sa chambre, celui que les yeux d’Anne-Laure lui donnent en reflet.
Un récit quelque peu désabusé à offrir à cette nouvelle génération accrochée à ses Smartphone, Ipod, Ipad, esclave de FB, mais exempte d’émotion et d’amour.
N.B. : petite anecdote personnelle récente : Alors que je me trouvais à un dîner en face de convives que je connaissais et d’autres avec qui je faisais connaissance, l’un d’entre eux m’a posé cette question : « Êtes-vous sur F… ? ». Et avec une ire que je ne pouvais contenir, je lui ai répondu : « je suis en face de vous, alors bavardons ! »

Enjoy de Solange Bied-Charreton, Éditions Stock

17 réponses sur « Enjoy – Solange Bied-Charreton »

Noté, le sujet m’intéresse, moi qui ai finalement opté pour la suppression de mon compte FB, incapable de gérer le temps que ça me prenait. Aucun manque ni regret, d’ailleurs.

Bonjour Cuné

C’est le prix de la notoriété ! Pour moi, FB m’a révélé ce que pensait mon frère de moi, par exemple. Suite à un de ses messages, j’ai décidé de ne plus le voir.

Bonjour Cuné,
Moi cela m’a ouvert les yeux un peu plus sur l’impact de FB sur la vie réelle, la perte de temps et d’énergie que ces réseaux engendrent et le constat navrant que même au sein d’une famille on n’est plus capable de se parler à coeur ouvert. C’est tellement plus facile derrière un clavier, tellement lâche aussi … Très peu pour moi tout cela. Rien n’est plus beau que de se plonger dans le regard de celui que vous aimez, de partager des moments entre amis ou des activités.

Je ne serais pas aussi cinglant que Céleste, mais Facebook n’a pas que des avantages, il contribue me semble-t-il à rendre la société plus virtuelle, à pousser les gens à se retrancher derrière des claviers. A moins que, a contrario, ce soit la société qui pousse les gens à se cloitrer chez eux…

Oui je sais, a peut paraitre abrupt comme ça, mais un commentaire laissé sur FB m’a révélé un gros problème de famille. Ainsi, certains avaient un air bizarre, que j’ai toujours mis sur le compte d’une attitude naturelle. Avec FB, j’ai vu le fond… Derrière un clavier, si je puis dire, les langues se dénouent…

En tout cas, perso, je ne risque pas d’avoir un conflit virtuel puisque je n’ai pas de profil, donc pas de tentation pour les aigris qui auraient « un oeuf à peler avec moi ». Ma vie réelle est riche d’amour, de partage et d’échanges. Quel bonheur de ne pas être esclave de ce réseau qui n’apporte rien ! D’aucuns me trouveront réac, désuète … tant pis. D’aucuns encore ont ce besoin irrépressible de s’étaler, de montrer un album photos de leur quotidien … ou de leur personne (de face, de profil, dans toutes les tenues … quel narcissisme !), de raconter chaque heure de leur vie … Pfff !

C’est exactement ce que je disais ce soir à un ami, que l’internet faisait parfois oublier la vraie vie, l’authentique, celle des mots, des sourires, des rires, des larmes, des embrassades, des poignées de mains, des discussions à bâtons rompus. Malgré tout, j’ai un compte sur FB mais pour y mettre des liens vers mon blog… pour inciter des gens à lire ! et ça marche ! Oh et puis, grâce à l’internet, au virtuel, j’ai « rencontré » plein de gens sympathiques avec qui on échange sur nos lectures, plein de Belges… Tout ça pour dire que ce livre ne m’attire pas vraiment…

Bonjour Krol,
Ce livre ne m’a pas enthousiasmée du tout. Quant à la problématique de FB, je n’en dirai pas plus …
Bonne journée

J’ignore si ce message est ironique et s’il vient bien de l’auteur, mais si c’est le cas, Céleste a vraiment pris des pincettes et l’a analysé avec tout le recul nécessaire… Elle vient de dire dans son dernier message qu’elle n’avait pas été enthousiasmée, pourtant, son article est pondéré.
Bravo donc pour cet article et pour l’analyse en profondeur, où elle a relevé des points positifs aussi bien que négatifs…

Bonsoir Madame Bied-Charreton, merci d’avoir réagi à mon billet. J’ai donné un ressenti sincère et circonspect. Et j’ai tenu à ce que mon article soit détaillé en énonçant, comme le dit Noann, les aspects positifs et négatifs.
Bonne soirée.
Céleste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *