Catégories
Cru bourgeois

La liste de mes envies – Grégoire Delacourt

Voici l’histoire originale de Jocelyne, mercière dans un petit bled, racontée par elle-même en personne. Jocelyne, ou Jo pour les intimes, partage sa vie entre son commerce, ses amies portées sur le cancan (comme toutes les femmes.. euh…). Elle tient un blog de couture… Et puis il y a son mari, qui s’appelle… Jocelyn, ou Jo pour les intimes. Celui-ci travaille dans une entreprise de fabrication de glaces, il rêve d’avoir une grosse voiture, un écran plat, et de devenir contremaitre… Un couple comme il en existe tant quoi, d’autant que l’homme boit et est méchant, surtout quand il arrête, et que la femme est toute sage, ne rêve que de bonté, de réussite pour ses enfants, et pardonne tout à son mari. Y en a qui vont se adorer…

Voici l’histoire originale de Jocelyne, mercière dans un petit bled, racontée par elle-même en personne. Jocelyne, ou Jo pour les intimes, partage sa vie entre son commerce, ses amies portées sur le cancan. Elle tient un blog de couture… Et puis il y a son mari, qui s’appelle… Jocelyn, ou Jo pour les intimes. Celui-ci travaille dans une entreprise de fabrication de glaces, il rêve d’avoir une grosse voiture, un écran plat, et de devenir contremaitre… Un couple comme il en existe tant quoi, d’autant que l’homme boit et est méchant, surtout quand il arrête, et que la femme est toute sage, ne rêve que de bonté, de réussite pour ses enfants, et pardonne tout à son mari. Y en a qui vont adorer…

Mais voilà qu’un beau jour, Jocelyne, enfin Jo, gagne le gros lot au Loto ; 16 millions… Loin de se réjouir, la quadragénaire s’inquiète de tout le mal que pourrait lui apporter ce magot. Elle décide de garder son gain secret ! Est-ce que ce choix va lui porter chance ? En dire plus serait dévoiler l’intrigue, assez simple mais efficace…

La liste de mes enviesL’auteur a pris le parti de raconter cette petite guimauve sans prétention sous le regard de Jo(celynE), une femme simple et sans grands besoins, à part d’être heureuse en amour. Globalement, j’ai trouvé ça réussi ; cette Jo est sympathique, elle parle avec son cœur, dans des phrases simples. Qu’on ne s’attende pas à de grandes envolées lyriques… Toutefois, sous la simplicité se cache une profondeur et une philosophie de vie intéressante (faut chercher un peu). J’ai souligné quelques citations qui donnent à réfléchir, sur le sens du bonheur, de la vérité, du rôle de l’argent, et finalement l’amour qui est plus fort que tout, et tout le truc. Une fable philosophique se dessine en filigrane.

Mais, car il y a toujours un mais dans un bouquin – pour peu qu’on soit un peu critique – de temps en temps, on sent que l’écrivain reprend le dessus. Alors notre Jo(celyne) se fait plus académique, elle emploie des mots savants, utilise l’imparfait du subjonctif : « À regarder leurs sourires, on eût dit qu’il n’y avait aucune horreur humaine qu’elles ne pussent concevoir et donc pardonner »… Dites donc, en voilà un langage élaboré pour une femme peu lettrée, qui disait un peu avant : « Il a dit que la vie était dégueulasse, que la vie était une pute, une putain de pute. » Quand un écrivain essaie de se mettre dans le peau d’un simple ou d’un enfant, parfois il oublie son rôle et redevient le vieux scribouillard… À ces quelques détails près, on n’a aucun mal à se fondre dans les pensées de cette femme comme tout le monde !

« C’est drôle comme souvent les laquais donnent l’impression de posséder la richesse de leurs maitres. »

« Plus les mensonges sont gros, moins on les voit venir. »

« Je comprends aujourd’hui que je fus riche de sa confiance ; ce qui est la plus grande richesse. »

La liste de mes envies – Grégoire Delacourt. Éditions Lattès

25 réponses sur « La liste de mes envies – Grégoire Delacourt »

Ahn, Noann ! Je n’avais pas relevé la différence de langage mais celui de chiffres. Ou plutôt de salire. Un ouvrier qui est sur le point de devenir contremaitre avec 20 ans d’ancienneté et qui gagne 2400 euros par mois, ça me laisser perplexe! Autre point, Jo tient une mercerie qui ne semble pas marcher du tonnerre alors qu’il y a des charges à payer, sa « petite entreprise » devrait être dans le rouge ( désolée pour ces aspects purement économiques).
Mais malgré ces points, j’ai lu ce livre comme une fable qui se révèle cruelle au final…

C’est clair que si on cherche les incohérences…

Par contre 2400 € comme salaire pour un ouvrier avec 20 ans de métier, c’est irréaliste ?

Bon enfin, ce n’est pas ce billet qui va redorer le blason des blogueurs mâles en recherche d’émancipation… Nous ne risquons pas de recevoir de remerciement de l’auteur… Bah, s’il fallait attendre ce genre de choses, on aurait tous déjà arrêté…

Bonne journée à toutes (et à tous !)

Bonjour,

Merci pour ce commentaire honnête. Je garde le livre dans ma liste car j’aime céder de temps en temps au bonheur sucré de la guimauve.
Sinon, je pense malheureusement que, même avec 20 ans d’expérience, un ouvrier est loin de gagner 2 400 euros/mois… mais je me trompe peut-être.

A bientôt.

Bonjour à tous et à toutes,
A quoi bon se braquer sur les barèmes salariaux ? Ne s’écarte-t-on pas un peu de ce que ce roman émane de bon ou mauvais d’un point de vue littéraire ? De plus, je crois qu’il s’agit de salaires français … et c’est tout différent des barèmes en Belgique !

ça enlève peut-être un peu de crédibilité à l’histoire, mais l’essentiel n’est pas là…
Tout comme le blog de Jocelyne qui compte 14.000 visites par jour… Ceux qui ont un blog pourront confirmer que c’est plutôt exagéré…

Euh oui … peut-être que l’auteur aime les chiffres. Dommage qu’ils obèrent sans doute l’histoire. Mais je ne peux en dire plus, n’ayant pas encore lu le livre !

Ce sont des points de détail…

L’essentiel dans ce roman n’est pas dans la réalisme, mais dans l’esprit et la morale …

j’ai publié un commentaire hier sans qu’il n’apparaisse. Je l’ai lu la semaine dernière et l’ai beaucoup aimé. Sauf cette fin si déprimante, le bonheur simple finalement y a que ça de vrai !

Bonsoir Lucie

Désolé pour le commentaire, hier il y a eu des modifications majeures sur le site, qui ne se sont pas déroulées comme prévu. Il est possible que des commentaires ne soient pas passés…

Bonsoir,
Je viens juste de refermer le livre et je viens donc vous faire part de mes impressions. Pour être honnête, je ne peut pas dire que je n’ai pas accroché du tout (tout est fait pour accrocher le lecteur… ou plutôt la lectrice) Des mots simples et sucrés (c’est la fameuse littérature « feel good »… désolée pour l’anglicisme), une héroïne à laquelle chacune peut s’identifier assez facilement… Bref, je me suis sentie rapidement agacée. J’ai beaucoup pensé aux romans de Catherine Pancol ou d’Anna Gavalda… qui ne sont pas désagréables non plus mais pas tellement stimulants intellectuellement.

Bonsoir Esperluette !

Merci d’être revenue donner un avis…

Oui je comprends que d’un point de vue intellectuel, ce soit léger et ne nourrisse pas un esprit avide.

Oui certainement, un live détente, comme je le disais, sans grande prétention. On le savait déjà, l’auteur n’est pas un grand littérateur…

Bonjour Esperluette,
J’allais justement répondre au sujet de ce livre qui semble être descendu en flamme de plus en plus … Je ne l’ai pas encore lu et dès lors ma réponse se limitera à m’adresser à vous. Faut-il à tout prix rechercher un enrichissement intellectuel dans pléthore de romans actuels qui garnissent les librairies et desquels on attend surtout un bon moment de détente ? Un livre plus léger entrecoupant un autre plus ardu nourrit aussi bien l’esprit du lecteur

Bonjour Céleste,
Je partage tout à fait votre opinion et c’est la raison pour laquelle je me suis lancée dans la lecture de ce roman… pour avoir lu quelques commentaires avant, je savais plus ou moins à quoi m’attendre. Comme vous, j’alterne les lectures légères avec des oeuvres plus consistantes . J’ai aimé « Ensemble, c’est tout » d’Anna Gavalda, par exemple, et, pour d’autres raisons, les romans d’Annie Proulx. Il ne me parait pas non plus incompatible de lire à la fois des romans d’épouvante et des essais historiques.

Bonsoir Clara,
Merci beaucoup !
Je te rejoins en ce qui concerne la lecture qui apporte de la détente. Je suis dans la même situation que toi …

Oui, je suis allée faire un tour sur ton blog et j’ai été éclairée au sujet de plein de choses. Je t’envoie un mail à ce sujet, si je puis me permettre …
Bonne journée à toi et courage

En gros, un livre à l’écriture simple, à l’intrigue simple, aux personnages simples, qu’on prend plutôt plaisir à lire, même si ce n’est pas la folie !

(Et oui M. Delacourt, il y a des mecs qui créent des sites ! haha)

Ah enfin, un blog géré par un mâle !
Je cours voir de quoi il retourne..
Merci Thomas ! l’association des mâles etc vous sait gré de vos efforts !

aaaah chouette, un homme qui a un blog, moi aussi je vais y faire un tour. Même si je suis une femme (sans blog !) je me joins à vous Messieurs, avec plaisir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *