Catégories
Cru bourgeois

Derrière la haine – Barbara Abel

Tiphaine et Sylvain d’une part, David et Lætitia d’autre part, sont voisins, parents d’enfants du même âge, amis sincères. Ils vivent en banlieue française dans deux maisons jumelées.

Leur amitié est solide, sans anicroche et ils aiment se retrouver régulièrement pour partager de joyeux moments autour d’une bonne table ou d’un apéro bien arrosé.

Tiphaine et Sylvain d’une part, David et Lætitia d’autre part, sont voisins, parents d’enfants du même âge, amis sincères. Ils vivent en banlieue française dans deux maisons jumelées.

Leur amitié est solide, sans anicroche et ils aiment se retrouver régulièrement pour partager de joyeux moments autour d’une bonne table ou d’un apéro bien arrosé.

La complicité est forte entre les deux femmes, enceintes quasi en même temps, à quelques mois près, puis mamans de deux bambins qui plus tard partageront eux aussi de grands moments d’amitié. Heureux de voir grandir leurs enfants ensemble, nouer une amitié aussi belle que la leur, les parents vont même jusqu’à construire une barrière pour que les enfants puissent à loisir passer d’un jardin à l’autre et se retrouver.

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes…

Jusqu’au jour où tout bascule. L’une des deux mères est le témoin malheureux de l’accident qui coûtera la vie au petit garçon de l’autre. La relation des deux mères éclate alors et s’envenime de jour en jour. Tandis qu’entre elles tout devient culpabilité, méfiance, la haie sainte et sa barrière d’ouverture à l’amitié devient celle de la véhémence et de l’animosité.Derrière la haine

Viennent alors assombrir le tableau noir vengeances et manœuvres machiavéliques sous le joug de la haine et l’on se demande quel sera le point final de cette destruction.

À travers une plume à la fois sobre et percutante, l’auteur installe le lecteur dans un climat oppressant. L’on reste scotché au suspense et au fil des pages, la gorge nouée, on parcourt cette histoire de sentiments aux antipodes et l’on va de découvertes en révélations, de secrets en vérités jusqu’à ce que le gong final retentisse.

Un roman très fort, qui se colore, tel un ciel désolé, tantôt de rose, puis de gris clair et enfin de noir d’encre.

Une lecture de vacances… à la Mer du Nord ou sous d’autres cieux pluvieux. Pour ma part, un récit trop sombre, nourri de courroux et de vengeance, qui résonne dans le cœur comme un tocsin de souffrance.

Derrière la haine de Barbara Abel, éditions Fleuve Noir

6 réponses sur « Derrière la haine – Barbara Abel »

Bonsoir Isa, oui effectivement il y a un bon suspens … pour celui qui aime ça il est gâté. Mais perso j’ai trouvé ce récit trop sinistre, trop violent.

Bonsoir Nadael,
D’accord avec toi pour la fin un peu dictée, un peu trop attendue et merci pour ton avis. Si le site est en pause comme dit Noann, la chroniqueuse de ce billet est en perte de vitesse et accuse un fléchissement … Un regain de force est prévu pour la rentrée littéraire ! Bonne soirée. Céleste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *