Catégories
Comestible ?

Si j’y suis – Erwan Desplanques

« Si j’y suis », ainsi s’intitule ce court roman. Heureusement, ce titre n’est pas suivi d’une ponctuation, nous sommes donc libres d’y apposer un point d’interrogation et d’y répondre : non, l’auteur n’y est pas du tout.Encore que. On ne sait pas où il veut en venir, comme dans nombre de romans actuels. Il a peut-être atteint son but quand même, s’il en est un.

La principale qualité de ce tas de papier est d’être bref, vite lu, vite oublié, sans laisser le moindre trace, même homéopathique. Il aurait fallu en commencer la lecture par la fin, c-à-d par la quatrième de couverture, car l’on peut y lire : « Il (l’auteur) est journaliste à Télérama. »

« Si j’y suis », ainsi s’intitule ce court roman. Heureusement, ce titre n’est pas suivi d’une ponctuation, nous sommes donc libres d’y apposer un point d’interrogation et d’y répondre : non, l’auteur n’y est pas du tout. Encore que. On ne sait pas où il veut en venir, comme dans nombre de romans actuels. Il a peut-être atteint son but quand même, s’il en est un.

La principale qualité de ce tas de papier est d’être bref, vite lu, vite oublié, sans laisser le moindre trace, même homéopathique. Il aurait fallu en commencer la lecture par la fin, c-à-d par la quatrième de couverture, car l’on peut y lire : « Il (l’auteur) est journaliste à Télérama. » Être grand-reporter en Afghanistan et publier un récit sur la massacre de cinq sœurs nubiles par des Talibans, c’est logique et méritoire. Mais être chroniqueur pour un journal télé et publier les élans affectifs de sa mère mourante, enfin à peu près, et ses souvenirs de bambin, tout en se promenant sur une plage avec sa compagne… c’est une mission périlleuse.

Si j'y suisPour ce qui est du style… Un exemple vaut cent discours : « Pourquoi tu te comportes comme ça Jacques, dit-elle. Comment, dis-je. Tu sais bien, dit-elle. Non, dis-je. Bien sûr que si, dit-elle. » C’est Proust version 2013. L’auteur nous balance des « dis-je » à tour de bras, or il écrit à la première personne. Ces incises, outre leur inutilité, sont horripilantes. Remarquez, il y a parfois une nuance : « pensai-je », ça nous change de l’ordinaire, c’est terrible, on croirait une faute de frappe. Bon Dieu des auteurs, revenez sur terre les sauver : ces pauvres bougres ne trouvent rien de mieux pour personnaliser un style que de faire de mauvais emprunts au langage courant !

Je n’évoquerais pas la syntaxe, qui est digne d’un enfant de douze ans éduqué à la Playstation. Outre le peu de vocabulaire, on eût aimé qu’il fût utilisé de façon plus lumineuse. Un point positif cependant, l’usage de l’imparfait du subjonctif, du moins quand il sied à l’auteur…

Quant au fond… Avec un certain sens déductif, le lecteur pourra prendre un certain plaisir à reconstituer une trame qui, ma foi, n’est pas complètement dénuée d’intérêt… Ceci à condition bien sûr de biffer tout passage inutile, ce qui nous fait un bon roman de vingt pages, perdues dans un total de 110. Eh oui, être court, ce n’est pas forcément être concis…

Si j’y suis d’Erwan Desplanques. Éditions de l’Olivier

7 réponses sur « Si j’y suis – Erwan Desplanques »

J’adore ton billet, Noann et comme je te comprends… notamment sur les « dis-je »… Je crois que je préfère quand tu n’aimes pas un livre, tes critiques n’en sont que plus savoureuses ! A bientôt !

Bonjour Krol

Figure-toi que j’ai, à une époque lointaine, voulu créer un blog avec des critiques négatives. Je l’aurais appelé « les livres que je n’ai pas aimés… »

J’ai lu sur FB que tu étais passée en WP, je te félicite de ce choix. Pour le transfert des articles, je pense en effet qu’il n’y a pas moyen d’exporter depuis Overblog, ce système ne permettant pas l’export de tout un blog

WordPress est la Rolls du blogging

A Paikanne : Bonjour ! Je ne suis pas une fervente de l’univers virtuel et n’ai pas de blog… Pourtant, au gré de mes rares balades dans les méandres des blogs et puisque tu interviens régulièrement sur note site, je suis allée jeter un coup d’œil sur ton blog, que j’ai trouvé très beau. Il m’a tout simplement émue… P.S. : ceci est une petite parenthèse glissée entre les avis…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *