Catégories
Grand vin

L’inconnu du RER C – Catherine Choupin

« Et si vous étiez destinée, ou condamnée, à rêver d’hommes que vous rencontrez dans des trains ? »

André, un professeur à la retraite dans le Périgord, correspond avec une jeune collègue parisienne qu’il n’a jamais rencontrée. Il l’aide à corriger ses copies. Au fil des années, leurs échanges se remplissent de confessions intimes. Mais André meurt subitement.

Présentation de l’éditeur :

« Et si vous étiez  destinée, ou condamnée, à rêver d’hommes que vous rencontrez dans des trains ? »

André, un professeur à la retraite dans le Périgord, correspond avec une jeune collègue parisienne qu’il n’a jamais rencontrée. Il l’aide à corriger ses copies. Au fil des années, leurs échanges se remplissent de confessions intimes. Mais André meurt subitement.

L'inconnu du rer CSon fils Georges découvre cette correspondance avec émotion. Au lieu d’annoncer à Madeleine la mort de son père, il continue à lui écrire en se faisant passer pour André. Il recueille ainsi ses confidences sur l’homme qui la fait rêver dans le train de banlieue qu’elle emprunte pour aller au lycée…

Mon avis :

Voici un charmant roman épistolaire, mais est-ce un roman très réaliste ou une véritable histoire vécue ? Dès le début, le lecteur entre dans cet échange de courrier, puis de mails à teneur assez littéraire, entre deux inconnus, une professeure parisienne et un professeur retraité, qui se charge de l’aider, et retrouve par là même ses racines… Et découvre aussi une personne qui a aimé, sans doute, un inconnu croisé dans une rame. Peu à peu, la professeure conte ses émois face à l’inconnu qu’elle croise tous les jours, et à qui elle n’ose parler. Ils s’échangent des œillades, mais quelles en sont la portée ? Simples regards curieux ou ébauches de sentiments ? À son tour, le professeur retraité dévoile ses émotions, son passé, ses reculades… L’échange par courrier se transforme en un écrin d’intimité, où le lecteur s’immisce et découvre des personnalité profondes et attachantes…

Comme l’annonce la quatrième de couverture, le retraité décède, et c’est le fils de celui-ci qui reprend la correspondance. Peut-être eût-il mieux valu passer cet élément sou silence, car c’est une clé, un tournant du récit. C’est alors le fils qui entre dans la vie de la jeune femme, complice du lecteur. Et ce qui s’annonçait comme une simple correspondance prend alors un nouveau départ, ce qui sauve le récit de l’ennui et lui donne une autre dimension…

Un livre épistolaire à trois voix donc, en alternance, jamais lassant, avec ce qu’il faut de détails et de suspens pour avoir envie de dévorer les pages. Si l’on ajoute les nombreuses citations d’auteurs classiques, ce qui donne envie de les relire, il en résulte un ouvrage aussi émouvant qu’intéressant, écrit dans une langue travaillée, mais fluide cependant. Le lecteur voyage en compagnie de ces personnages, il entre tour à tour dans les pensées de l’un puis de l’autre, ses émois, ses doutes, qui se partagent de page en page et de plume à plume.

L’inconnu du RER C de Catherine Choupin. Éditions Librinova

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *