Catégories
Grand vin

Belle merveille – James Noël

12 janvier 2010. À Port-au-Prince la terre tremble, laissant le paysage en pleine désolation. Dans cette ville dévastée Bernard, survivant, hurle désespérément. Car crier reste le seul moyen pour subsister. S’époumoner dans un paysage de gravats pour fuir la désolation, revivre un peu. Hurler aussi pour retrouver l’amour et le désir dans les bras d’Amore, son amante, une belle napolitaine travaillant comme bénévole dans une ONG. Bernard a le coup de foudre pour cette femme endiablée…

12 janvier 2010. À Port-au-Prince la terre tremble, laissant le paysage en pleine désolation. Dans cette ville dévastée Bernard, survivant, hurle désespérément. Car crier reste le seul moyen pour subsister. S’époumoner dans un paysage de gravats pour fuir la désolation, revivre un peu. Hurler aussi pour retrouver l’amour et le désir dans les bras d’Amore, son amante, une belle napolitaine travaillant comme bénévole dans une ONG. Bernard a le coup de foudre pour cette femme endiablée… Pour quitter ce paysage démoli, elle lui propose de partir à Rome. Bernard, fou amoureux, acquiesce.

À bord d’Ici-Bas Airlines, Bernard s’envole, les pensées remplies de toutes ces « belles merveilles » – une expression haïtienne – qu’offre une curieuse mappemonde. Mais dans ses pensées chaotiques, Bernard nourrit le rêve de retourner au pays.

belle merveilleÀ travers Bernard, son héros en perdition, l’auteur revient sur les sept dernières années qui se sont écoulées depuis le séisme. Chaque ligne est imprégnée d’amour, celui d’Amore qui l’a sauvé. Car auprès d’elle, il renaît. Entre eux surgit une belle complicité, une osmose, un amour infini. Lui, tourmenté, rêveur et elle fougueuse, ardente.

L’auteur nous dévoile tout de go les combats menés au quotidien par le peuple haïtien, sous le joug du colonialisme et de l’aberration de l’aide humanitaire, des ONG qui se remplissent les poches sans vergogne au détriment du peuple meurtri et démuni.

Sept années de débauche qui ont conduit Bernard à la perte totale de ses repères, lui qui a connu la folie, le sexe débridé, le trouble, sur fond de choléra et au rythme du Kompa.

L’auteur haïtien signe un premier roman bouleversant qui remue à l’intérieur. James Noël est un poète immense, indéniablement. Il a cette capacité de mettre le cœur en émoi, même le plus coriace, le plus inflexible.

Un récit enluminé, une plume magistrale et poétique trempée d’eau de rose. Un écrin de velours enveloppe ce roman-hommage à un peuple meurtri, mais qui invite chacun d’entre nous à une réflexion sur les dégâts insidieux de l’aide humanitaire Aussi une ode à l’amour, le vrai, le grandiose, celui qui sauve de tout…

Il me faut à présent classer ce roman dans une catégorie de notre site… Je lui donnerai trois verres pour la poésie que l’auteur insuffle entre les lignes, évitant en cela le pathos que la gravité du drame pourrait engendrer.

Belle merveille de James Noël, éd. Zulma

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *